Bien que les agents immobiliers aient le droit de travailler, ils n’ont pas la possibilité d’effectuer des visites des appartements et des maisons. Ce qui bloquera le marché. Mais les visites virtuelles pourrait en partie détendre les choses.

Depuis 10 jours, les acteurs du secteur de l’immobilier sont sceptiques. Il est vrai que des mesures ont été prises afin de ne pas ralentir les transactions (ouverture d’un bureau de notaire, possibilité de travailler pour des courtiers en crédit, des banques, des médecins diagnostiques et même des agents immobiliers, etc…). Mais il y a un point noir : les visites sur place sont interdites. Tous les acteurs du secteur estiment qu’il pourrait y avoir un nouveau coup d’arrêt comme au printemps. Par conséquent, les agents immobiliers sont en première ligne et ils ne sont pas optimistes pour le moment.

Néanmoins, les recherches sur le site PAP montrent que la résistance du marché est plus forte que la première période du confinement. Au cours de la première semaine de confinement, plus de 85% des acheteurs et plus de 82% des locataires ont continué à chercher un logement sur le site. En revanche, seuls 47% des acheteurs et 42% des locataires ont poursuivi leurs recherches sur les PAP pendant la première semaine du confinement. En effet, PAP étudie la situation sur les périodes de confinement par rapport à la situation pré-confinement. Ainsi, PAP compare le nombre de visiteurs sur le site PAP.fr les 2 et 3 novembre dernier, par rapport à la période du 26 au 27 octobre 2020.

L’étude PAP fournit d’autres éléments plutôt encourageants. Bien entendu, la visite virtuelle peut difficilement être considérée comme une fin. Mais nous savons déjà combien de choses ont changé aujourd’hui. Sur PAP, les annonces avec visites virtuelles enregistrent 67% de consultations en plus que les autres. Plus important encore, le nombre de contacts établies est 76% supérieur pour les biens avec visites virtuelles. C’est la preuve définitive de l’efficacité des visites virtuelles, le délai de suppression des annonces reflète l’heure de la vente : nous ne disposons que de 37 jours pour les biens sans visites virtuelles, et de seulement 22 jours pour les biens avec une visites virtuelles.

De plus, il est clair que s’est compliqué pour les acheteurs d’envisager de prendre des mesures sans réellement visiter le bien, alors pour les locataires, la situation est clairement différente. Selon l’étude PAP, plus de 38% des locataires déclarent pouvoir signer un bail de location sans visiter le bien immobilier. Dans certains cas, c’est la même chose : disposer de l’adresse exacte et est accessible virtuellement. Une proportion similaire de locataires a même déclaré qu’ils prévoyaient de renoncer à l’état des lieux en se basant uniquement sur des visites virtuelles.