fbpx

La crise et le développement du télétravail n’ont pas empêché les investisseurs professionnels de miser sur le bureau 2021. Surtout en France, qui devrait être le troisième marché européen à connaître la plus forte reprise cette année.

La France n’a pas perdu son attrait auprès des investisseurs en immobilier de bureaux. Selon une étude menée par CBRE, un leader mondial du conseil en immobilier commercial, ce dernier a même classé la France au troisième rang du marché européen et deviendra d’ici 2021 le marché de reprise le plus solide après l’Allemagne et les Pays-Bas.

L’année dernière, Paris est devenue la capitale la plus prisée des investisseurs en Europe, juste devant Londres et Berlin. En 2020, elle a investi 20 milliards d’euros dans la Ville Lumière.

Quelle que soit la situation globale en Europe, les investisseurs en question estiment qu’il y aura un réel rebond. 60% d’entre eux prévoient d’augmenter leurs achats sur le continent cette année. CBRE prévoit également que d’ici 2021, la croissance de l’investissement (la somme des différents actifs immobiliers) sera comprise entre 0% et 5% en 2021.

L’attractivité des logements seniors et des data centers

Par conséquent, CBRE a fait preuve d’une bonne flexibilité sur le marché des bureaux. Pour 35% des investisseurs institutionnels immobiliers européens, il s’agit toujours de la classe d’actifs privilégiée. Sur le seul marché français, cette proportion est même passée à 60%. Au niveau européen, l’investissement résidentiel a concentré 24% des intentions d’investissement, juste devant la logistique (22%).

Lorsque nous avons étudié en détail les intentions d’investissement, les résidences seniors et les résidences étudiantes ainsi que les entrepôts logistiques et les centres de données étaient également très appréciés. Nicolas Verdillon, directeur exécutif investissements CBRE de France, a déclaré : “Entre intentions exprimées et réalisation, un différentiel pourrait se matérialiser du fait du manque d’offres sur ces classes d’actifs”.