Si le nombre de permis de construire a baissé sur la période allant de février à avril, les mises en chantier sont reparties de l’avant.

Le nombre de permis de construire des logements a reflué de 1,5% sur la période allant de février à avril comparé aux trois mois précédents, mais les mises en chantier ont elles bondi, a annoncé le gouvernement. Dans le détail, ce sont les permis de construire des logements collectifs (-7,6%) qui ont souffert, tandis que les maisons individuelles se portaient mieux (+6,4%).

Globalement, “durant cette période, le nombre de logements autorisés a été inférieur de 3,8% à la moyenne des douze mois précédant le premier confinement (mars 2019 à février 2020)”, a précisé le ministère de la Transition écologique dans un communiqué. En revanche, les mises en chantier ressortent en progression de 7,6% de février à avril, une tendance davantage portée cette fois-ci par les logements collectifs (+11,8%) que par les maisons individuelles (+2%).

La construction de logements neufs en berne

Un effet premier confinement

De mai 2020 à avril 2021, le nombre de permis de construire a atteint 405.700, soit 28.000 de moins qu’au cours des douze mois précédents (-6,5%), et quelque 387.500 logements ont été mis en chantier, soit 25.300 de plus (+7%).

Le ministère souligne toutefois que la hausse des mises en chantier tient notamment au fait que la période précédente inclut le début du premier confinement, lors duquel des chantiers n’avaient pas pu commencer en raison des contraintes sanitaires.