Le Crédit Mutuel a décidé de supprimer le questionnaire de santé lors de l’accès au crédit immobilier pour l’achat d’une résidence principale. C’est une bonne nouvelle pour les millions de Français qui n’avaient pas accès au crédit immobilier à la suite d’une maladie ou de problème de santé. C’est un pas vers la fin de la discrimination, car pendant leur demande de crédit, les emprunteurs étaient obligés de se soumettre à une batterie de tests et de répondre à des questions intimes sur leur santé.

À quelles conditions ?

Pour en bénéficier, il faut être client et avoir domicilié ses revenus principaux depuis 7 ans au moins au Crédit Mutuel. Le montant assuré emprunté est limité à 500 000 € par emprunteur. Et l’assuré doit être âgé de moins de 62 ans lors de la souscription.

Les autres banques vont-elles suivre?

Face à cette initiative du groupe mutualiste, il est fort probable que d’autres banques suivent le mouvement. C’est notamment le cas de Crédit Agricole. La Société Générale, elle, dit « travailler depuis plusieurs années à un processus d’allégement des formalités médicales sur son assurance des emprunteurs ».

Vers une hausse générale des tarifs?

Dans le secteur des banques et de l’assurance, la démarche du Crédit Mutuel est une première. Coût de l’opération pour le Crédit Mutuel, 30 millions d’euros pour les contrats en cours et au total 70 millions d’euros.

Pour l’instant, pas d’annonce concernant une hausse générale des tarifs sur l’assurance emprunteur. Mais selon les assureurs alternatifs une augmentation des prix de 5 à 20% dans les années qui viennent est inévitable. Pour compenser les incidents, et les sinistres auxquels elles s’exposent, les banques vont sans doute augmenter les tarifs pour tous, y compris les emprunteurs en bonne santé.